Blog categories
Derniers articles

Toyota HZJ 78 Rallye

0 Liked

ÉTERNEL TOYOTA !

Solides et faciles à vivre les Toyota HZJ 78 restent des références en matière de voyages hors pistes. Si en trouver un neuf sur notre vieux continent est devenu difficile, les bonnes occasions se dénichent toujours lorsque l’on est vraiment décidé à investir dans cette icône planétaire du 4x4 utilitaire. Transformé celui qui a tout de la camionnette en machine de course n'est pas si difficile. Toujours en pleine forme après de nombreuses aventures, ce robuste “78“ fait aujourd’hui le bonheur de concurrents sur des rallyes Africains.  

Lorsque l’on assiste à l’arrivée des ferrys en provenance d’Europe dans les ports Marocains. Si les campings cars sont omniprésents, les vrais baroudeurs restent fidèles aux bons vieux 4x4 et le Toyota HZJ78 vous classe son équipage au rang des vrais baroudeurs expérimentés.

Si le mot Rustique est bien le mot qui convient lorsque l’on parle du HZJ 78, l’imposant cube d’acier est aussi une véritable légende planétaire. C’est peut-être bien, au même titre que le Land Rover, l’image parfaite du vrai 4x4 qui ne s’use pas, même si l’on s’en sert...Dans les pires conditions.

Cette réputation de 4x4 indestructible à pourtant un revers ; Un HZJ 78 ça se traîne ! Il faut dire que si l’on a bien à faire au 6 cylindres 4,2L diesel de référence Toyota, c’est  ici la version atmosphérique du fameux bloc développant 130 ch. Si une fois lancé, le pépère de plus de 2,2 tonnes atteins les 120 Km/h, c'est une vitesse maxi. On imagine alors la vitesse de croisière.

L’idée de transformer le HZJ 78 en engin de course est née d’une nécessité sportive. Aussi étonnant que cela paraisse ce Land Cruiser deviendra pendant des années un véhicule d’assistance rapide sur les pistes des plus grands rallye raid, du Dakar à la Transorientale. Son rôle ? être engagé comme un concurrent normal, mais avec plusieurs centaines de kilos de pièces de rechange destinés aux équipages des teams de pointe.

HZJ 78 ? Préparation course !

La surprise est bien de taille. Plus habitué à conduire ce Toyota à la cool face à ses reprises “camionesques“, quel est la recette de la préparation de ce descendant de la fameuse lignée des Land Cruiser “Heavy duty“, devenu bien plus performant ?

Pour Christophe Girard, le défi était simple. Transformer cette bête de somme en 4x4 autonome, capable de suivre le rythme d’un Dakar avec plus de 1000 kg de pièces de rechanges à l’arrière.

Tout commence évidemment par un déshabillage complet de tout ce qui est inutile tel que les garnitures intérieures. Le gain de poids est vite perdu face à tout l’équipement imposé par le règlement FIA. Arceau, extincteurs, roues de secours, réservoir, sièges baquet, matériel de désensablage en place, c’est autour des suspensions d’évoluer.

Ici, il n’y a pas 36 solutions, il faut des suspensions au-dessus de tout soupçon. On se tourne alors vers Proflex qui fournit 4 amortisseurs réglables tout comme Koni avec 4 amortisseurs standard parfaitement adaptés aux ressorts hélicoïdaux avant et aux lames de ressorts arrière renforcés qui assurent un rehausse de 70 mm.

Mis à part les nouveaux ancrages de suspensions, châssis et ponts d’une légendaire robustesse restent totalement d’origine. Il restait donc à offrir du muscle à ce HZJ 78 qui devait assumer en assistance un poids total d’environ 3 600kg sur les rallyes. Pas d’autres solution que de lui greffer la version la plus puissance du fameux bloc moteur 6 cylindres 4,2L. Ce sera celui du dernier né des land cruiser SW HDJ 100, qui développait 220 ch. Il sera associé à l’ensemble des boîtes de vitesses et de transfert d’un Toyota HDJ 80 qui fait encore référence aujourd’hui lorsque l’on parle de mécaniques incassables.

Enfin, pour faire face à la tâche difficile qui l’attend, cet ensemble reçoit Schnorkel et un second filtre à carburant, un radiateur d’huile moteur. La pression du turbo sera désormais réglable depuis l’habitacle. La pression pourra être augmenté jusqu’à 1,8 bar en cas de besoin.

Force motrice

Une fois ce “camion“ en mouvement, la tradition est respectée, la 5e vitesse permet de stabiliser à 120 km/h, ce qui demandait un peu de patience. Mais icinotrecarapace de tortue qui culmine à 2,40 m de hauteur est devenue capable de jouer les lièvres sans pour autant se faire gazelle des sables. Ce n’est pas ce qu’on lui demande. Pourtant, on oublie vite l'ambiance grise des plastiques propres aux utilitaires Toyota, le regard se porte la planche de bord simple et clair, puis automatiquement bien plus loin que l'interminable capot qui abrite une mécanique dont on est sur qu'elle nous transportera vers l'horizon. L’aventure c’est bien par là et rien ne nous arrêtera, malgré la vaillance nouvelle qu’apporte cette préparation sportive.

Comme insensible à la charge sur terrain défoncé on peut désormais atteindre une allure de croisière plus que respectable en compétition. Le 78 restent comme par enchantement un vrai rail grâce à son empattement long (2,98 m). évidemment il ne faudra pas tenter le diable en allant jouer les franchiseurs trialisant ou les devers, mais avec son énorme couple issu du bloc tiré d’un HDJ 100 et le coup de main nécessaire dans les dunes, on peut sans complexe prétendre à la performance. La motricité née du 6 cylindres procurent des sensations incroyables comme si ce digne des ancêtres de la lignée des Land Cruiser “Heavy duty“ n’avait pas encore trouvé d’équivalent. Ce cube d’acier, laisse croire qu’il a seulement la nonchalance du dromadaire dans les cordons de sable, mais détromper vous, il sait ici se montrer brillant et facile à maitriser. L’engin idéal pour débuter ? On n'en est pas loin.

 

Les normes anti-pollution Européennes et la course aux aides électroniques ont eu raison des indestructibles gros moteurs diesel de nos 4x4 d’antan. Mais, la passion de la chose roulante, ainsi que la nécessité pratique du sport automobile version rallye raid nous prouve une nouvelle fois que cette recette Toyota n’a pas d’équivalent. Loin de l’image que reflète les SUV statutaires d’aujourd’hui, le Toyota HZJ 78 fut avant tout l’un des outils majeurs de grande époque des vrais 4x4 et il le reste.

Fiche technique d’origine du Toyota HZJ 78 tôlé :

 

Motorisation : 6 cylindres 4,2 litres diesel atmosphérique 130 ch

Couple moteur : 285Nm à 2200 tr/mn –

Vitesse maxi : 145 km/h (vent dans le dos !)

Puissance fiscale : 14 CV

Refroidissement moteur : Radiateur renforcé (type afrique)

Transmissions : 5 Vitesses manuelles + Transfert (4x2 / 4x4)

Freins : Disques avant et tambours arrière

Suspensions : Ressorts hélicoïdaux avant et lames de ressorts arrière.  

Dimensions: 4995 x 1690 x 2075 mm 

Empattement : 2980

Poids à vide : 2200 kg

Charge utile : 1000 kg

PTAC : 3200 kg

Option retenues : Blocages de différentiels avant et arrière.

 

Posted in:

Leave a comment

Log in to post comments