Derniers articles
  • Land Rover 86 Serie 1
    Land Rover 86 Serie 1

    Non, pas besoin d’être d’origine Tibétaine pour lire cette article… Mais, notre passion pour les Land Rover nous a...

  • Defender 110 Red Bull Dakar
    Defender 110 Red Bull Dakar

    Le Defender fut le compagnon de voyage de milliers d’aventuriers. Effectuer un reportage photo complet sur le Dakar...

  • Toyota Hilux Pick up Revo V8 T1
    Toyota Hilux Pick up Revo V8 T1

    En août 2021 Redline Motrosport adventure présentait son nouveau Revo T1 destiné au Rallye raid. Un magnifique Pick...

  • Land Rover Série 2A 109 SAS Pink Panther
    Land Rover Série 2A 109 SAS Pink Panther

    L’histoire de Land Rover est aussi riche en rebondissement qu’en véhicules spéciaux. Certains de ces modèles sont...

  • Land Rover 109 Serie 3 Cagiva
    Land Rover 109 Serie 3 Cagiva

    Faire la course avec un 4x4 né il y a 50 ans, cela ne pouvait s’imaginer qu’avec un Land Rover. Looké de façon...

Defender 110 Red Bull Dakar

0 Aimé

Defender 110 Red Bull Dakar

UN DAKAR EN DEF ?

Le Defender fut le compagnon de voyage de milliers d’aventuriers, mais il fut aussi l’outil idéal des professionnels. Aujourd’hui encore, avec ce 110 dernière génération, la preuve est une nouvelle fois faite que rouler au bout du monde dans les pires conditions avec un Land Rover rend possible tous les défis. Effectuer un reportage photo complet sur le Dakar pour le compte de Red bull fut loin de n’être qu’une partie de plaisir. Nous vous présentons ce Station Wagon des temps modernes, préparés selon la recette de la célèbre maison Anglaise ; Bowler Motorsport alias Bowler Alliance. 

Pour les photographes Brésilien Marcelo Maragni et le Français Flavien Duhamel mandatés par Red Bull, réaliser puis transmettre au quotidien des images des nombreux teams moto, auto et camion partenaires de cette marque dynamique de boisson énergétique lors du Dakar, était un gigantesque défi.

Longueur des étapes, conditions météo dantesques et donc terrain plus qu’accidenté, n’ont fait que corser cette aventure qui s’est transformée en épopée. Si elle n’a pas fait la “Une“, c’est bien un aspect des coulisses du rallye raid trop souvent ignoré quand on est au chaud devant son ordinateur ou sa télévision. Cette aventure de l’ombre, notre équipage l’a vécu face à la poussière, les orages, les torrents de boue, le sel, le fech fech, le soleil qui tape dur et la fatigue, en avance sur les concurrents qu’il fallait ensuite rattraper. Pour une fois, ce Defender unique en son genre, nous permet de rendre hommage à ces chasseurs d’images qui pour produire de “belles plaques“ tous les jours, doivent aussi être des renards du désert. Respect.

Mais, comme c’est souvent le cas, l’aventure commença bien avant le Dakar. Pas de raison que pour ce Defender il en soit autrement. En effet, lorsque Red Bull passe commande à Land Rover d’un Def 110 préparé pour son Red Bull Contents pool Dakar (équipe image Red Bull), l’accord est positif. Mais, dans la grande maison Britannique certainement troublée (comme nous), par la fin annoncée du Defender, on ne réalise pas que la dead line de livraison pour un Dakar se situe la veille de l’embarquement et non pas au mois de décembre comme d’antan. A l’approche de la date fatidique, l’équipe de la direction média Red Bull inquiète de ne pas avoir de nouvelle réalise l’erreur commise et face à l’urgence s’adresse à Bowler Motorsport.

Jon Chester le directeur actuel de la marque s’adresse à Bowler, afin de savoir si côté agenda la préparation express de ce 110 est possible. Le carnet de commande complet, Jon décide de s’adresser au Hollandais Bas van Driel dont l’atelier est depuis deux ans le seul habilité à préparer des Bowler sur le continent. Il reste à peine 12 jours livraison incluse. Bas, patron de Bas4cars, y voit un défi à la mesure de la passion qui anime son équipe et accepte le contrat. Nuits blanches en perspective pour une facture de plus de 120 000 € (Defender inclus), à la hauteur de la performance.

Made in America !

Oui, vous avez bien lu “America“. C’est effectivement le nom de la petite ville située au Nord de la Hollande où se niche l’atelier. Le Defender 2,2L est là et le grand jeu débute par un démontage de tous les éléments d’origine appelés à disparaître au profit de pièces adaptées à la demande. C’est tout d’abord le toit et les flancs qui sont temporairement déposés afin d’installer l’arceau intérieur adapté en urgence pour le 110. Un tour de force quand on constate le résultat. Trois sièges baquet avec harnais sont solidement fixés sur des supports dédiés. Extincteur, coupe-circuit et faisceau Iritrack sont enfin installés afin de répondre au normes imposées par le ASO afin de pouvoir se rendre sur la piste durant les étapes durant le Dakar.

La mécanique n’est évidemment pas en reste. Le moteur 2,2L est reprogrammé pour 170 ch (122 ch d’origine), son intercooler remplacé par un équivalent surdimensionné et un Schnorkel avec filtre cyclone le protégeront des particules néfastes. Les transmissions restent d’origine, en revanche les ponts reçoivent blocages de différentiels et un ensemble renforcé. Les suspensions d’origine disparaissent évidemment au profit d’amortisseurs à bonbonnes séparées qui sont doublés à l’arrière. Les ressorts avant restent d’origine alors qu’à l’arrière ce sont deux ressorts qui viendront compenser la charge prévue bien au dessus des standards. Les pneus ne sont pas oubliés. La monte d’origine est remplacée par des Cooper discoverer S/T en 255/ 75 x 16 montés sur les belles jantes griffées Bowler.

Le pare chocs avant est remplacé tout comme les protections de bas de caisse. L’éclairage est d’une grande importance pour nos baroudeurs appelés à rouler de nuit, aussi on ne lésine pas en remplaçant les phares par des modèles à Leds et l’on y ajoute deux rampes Lazer Lamp.  

 

Sur le toit qui a retrouvé sa place, on installe une solide galerie qui supporte, jerricans, roue de secours, plaques à sable, coffres de rangement et l’imposante antenne Immarsat 727 BGAN Explorer.

Partenaire technique de Red bull, Immarsat fournit aussi un second terminal de transmission par satellite modèle 510 BGAN Explorer et on trouve sur l’arceau le dernier né des téléphone satellite ; Le Fameux isat phone 2. Le Defender était paré pour l’aventure extraordinaire qui l’attendait, il était au Havre en ce 19 novembre 2015, prêt à embarquer pour l’Argentine à peine 10 jours après être arrivé stock à America. La première étape de l’aventure se terminait.

L’enfant prodigue

De retour à l’atelier pour une sérieuse révision qui fut l’occasion de ce reportage. Après plus de 10 000 km sur les pistes du Dakar et après avoir échappé à nombre de pièges, il semble comme neuf mis à part quelques rayures. Marcelo Maragni se souviendra longtemps… Un torrent de boue dû à un des terribles orages est arrivé sur nous. La boue monta jusqu’aux fenêtres, la seule solution fut de mettre les gaz face à cette vague en espérant trouver une sortie… Ce fut la grande trouille de ce Dakar, mais… Le Land Rover nous a sauvé grâce à sa motricité sans défauts et le supplément de puissance dont nous disposions, ce 4x4 n’est pas une légende pour rien…

A notre tour de prendre les commandes de ce magnifique Defender. Alors que le levier de vitesses Bowler laisse imaginer un boîte séquentielle, nous sommes toujours dans le domaine du manuel. Les 6 rapports montés, le 110 s’avère plus que véloce et fort d’une puissance de 170 ch. De quoi rouler bon train et avaler du kilomètre sans vraiment avoir à forcer la mécanique. 

Sur terrain plus accidenté, les suspensions doublées à l’arrière jouent leur rôle à merveille sans qu’aucunes réactions de dérive ne viennent troubler les trajectoires en courbe. Le 110 reste un rail et digne de confiance. Les baquets relativement confortables et au maintien optimal procurent bien cette sensation de sécurité propre au 4x4 de rallye.

Une fois encore le Defender s’est adapté à une tâche spécifique, permettant à son équipage de photographes de se trouver au bon endroit au bon moment. Les photos dispensées à travers la planète quotidiennement par Red Bull durant le Dakar via le matériel de transmission de pointe Immarsat en sont la meilleure preuve. Le travail de préparation réalisé dans l’urgence par l’équipe Hollandaise ne supporte aucune critique. Le Defender reste une référence dans le domaine de l’aventure. Il sera difficile à remplacer. Le baroudeur du 21e siècle doit répondre à de nombreuses contraintes devra prouver qu’il est resté aussi “Versatile“ que son prédécesseur.

 

 

 

 

laissez un commentaire

Connectez-vous pour poster des commentaires