Derniers articles
  • Land Rover fête sa reine
    Land Rover fête sa reine

    Land Rover a célébré dignement le jubilé de platine de Sa Majesté la reine Elisabeth II commémorant ses 70 ans sur le...

  • Ford Bronco Badlands  VS Jeep Wrangler Rubicon
    Ford Bronco Badlands VS Jeep Wrangler Rubicon

    comment ne pas être curieux face à celui qui est annoncé aux USA comme « ...Le pire cauchemar de la Wrangler... » ?...

  • Nouveau Range Rover Sport  3e génération
    Nouveau Range Rover Sport 3e génération

    Land Rover lance la troisième génération de son Range Rover Sport. Il redéfinit la vision du luxe sportif avec...

  • Toyota Compact Cruiser EV
    Toyota Compact Cruiser EV

    Toyota Compact Cruiser EV ? un petit 4x4 carré qui s’inspire du regretté FJ Cruiser a fait un carton du côté des...

  • Nouveau Defender 130
    Nouveau Defender 130

    Si la silhouette du Defender s’allonge de 340 mm avec cette version 130 du Defender, l’empattement reste identique à...

Toyota Land Cruiser BJ 46

0 Aimé

UN TOY,WHAT ELSE ?

Un Toyota BJ 46 de passionné

Si vous avez la passion Toyota chevillée au corps, voici le nec plus ultra dont vous avez rêvé il y a quelques décennies. Jean-Claude Austony, n’a rien du collectionneur, son truc à lui c’est la restauration de ces vieux Toyota, de ceux qu’on ne reverra plus. Alors que la génération Série 4 a pris des cheveux blancs, l’attrait pour ces BJ qui furent une révolution en leur temps ne cesse de croitre. Pour notre passionné, ex professionnel de la mécanique lourde, c’est l’amour de ces machines faites pour durer qui a pris le dessus. Voici bien un Toyota restauré qui confirme une nouvelle fois que le 4x4 est une bien durable.

Jean-Claude Austony, est à la retraite, c’est fait. notre passionné a tout son temps à lui et il s’adonne au quotidien à sa passion pour les Toyota. Que ce soit pour aller chercher le pain ou pour partir en raid en Afrique, le Toy c’est vital. Lorsque l’on fut chaudronnier spécialisé dans la reconstruction de locomotives, difficile de décrocher quand on aborde enfin l’âge des grandes vacances. La retraite, Jean-Claude ne la conçoit pas sans un Toyota à reconstruire dans l’atelier au fond du jardin. Aussi, cela fait 3 ans aujourd’hui, il est rentré chez lui avec l’un des exemplaires de ces vieux BJ 46. Acheté une bouchée de pain, ce Série 4 de 1984 avait beau être complet, son état imposerait des mois de travail. Jean- Claude était aux anges.

Ce BJ 46 qui succéda au BJ 43 en 1981 bénéficie ainsi du nouveau bloc 3,4L diesel (le fameux “3B“), donc de 90 ch et profita de la mise à jour de 1983 en se dotant de la boîte de vitesse 5 rapports, des disques de freins avant …Et de la montre digitale. Remontons le temps jusqu’en 2012.

Pas de retraite pour l’atelier

Jean-Claude n’est en rien effrayé par l’ampleur de la tache à accomplir. Face à ce BJ 46 dans son jus, donc perclus de rouille, il débute un chantier de 3 ans dans la joie et la bonne humeur. Il n’en est pas à sa première œuvre de sauvegarde du patrimoine mécanique. Le démontage complet du Toyota dévoile tout de même qu’il va falloir investir dans une nouvelle caisse tant la corrosion a rongé des parties vitales de la carrosserie. Quelques jours plus tard, grâce à son réseau de copains et quelques billets, cet élément essentiel est dans l’atelier. Le grand mécano peut débuter.

Le châssis enfin libéré, Jean-Claude ne fait pas dans la demi mesure et fait sauter tous les rivets afin de faire sabler l’ensemble sans laisser la moindre trace de rouille survivre. Traité puis repeint, le châssis est remonté. On passe ensuite par le rebandage des lames de ressorts et le remontage des deux ponts grâce à des éléments neufs encore disponibles chez le concessionnaire local. Joints, étriers et disques de freins, rotules, silent blocs permettent de restaurer à neuf ces deux essieux qui reprennent place sur le châssis assortis de simples amortisseurs Terrain Tamer. Une fois les belles jantes Delta Mics en alliage équipées de pneus BF Goodrich All terrain en 235/ 85 x 16, l’ensemble roulant et mis de côté.

Le moteur “3B“ passe à son tour sur l’établi. Offrant 34 Kg de compression dans ses cylindres (Donc comme neuf), pas vraiment besoin de démonter le bloc. Il suffit alors d’injecteurs neufs, d’une pompe à eau, de durits, d’un démarreur et d’un alternateur restaurés pour que le fidèle moteur soit fin prêt. Mécanisme d’embrayage changé, les robustes boîtes de vitesses et de transfert contrôlées, l’ensemble mécanique peut être remonté sur le châssis. Maître cylindre de freins et circuit, radiateur en position, une fois le réservoir restauré et quelques litres de gasoil présent, il suffit de tourner la clé, attendre la fin du préchauffage pour que résonne à nouveau le fameux 3,4 L diesel.

La carrosserie demandera beaucoup de temps afin d’atteindre le niveau de finition exigé par Jean-Claude. Mais une fois terminée et peinte, la caisse est rapidement remontée avec tous les éléments d’origine précieusement conservés. Alors que le plus voyant reste le treuil mécanique avant, dans le détail, rien que la visserie inox employée démontre le grand soin apporté à la finition de ce BJ 46. La sellerie neuve et une bâche d’occasion en parfait état conclue ces deux ans de restauration passion.

En route pour le million

La rubrique Collector est toujours pour nous synonyme de voyage dans le temps. Avec ce BJ 46 presque flambant neuf, on redécouvre l’un de ces attachants dinosaures ayant migrés chez nous il y maintenant 40 ans. Le 4 cylindres diesel atmosphérique 3,4 litres 3B Toyota reste étonnement moderne alors qu’il fut conçu, il y a plus de 30 ans (paru en 1981). Le couple plus présent (21,6 m/kg) et les quelques chevaux supplémentaires (90 ch), par rapport bloc moteur “B“ (3,0L), font la différence.

Aux alentours des 2000 tr/mn on se faufile déjà sur les petits chemins où la vision dominante permet au conducteur de profiter de l’agilité du série 4 qu’on pourrait considérer d’allure pataude. Mieux encore, la possibilité d’anticipation permet toujours de bien se placer en virage ce qui permet de rester dans le ton rapide. L’empattement (châssis moyen empattement 2,43m) réduit grandement cette tendance sautillante due aux lames de ressorts, le coup de raquette façon châssis court laisse place à une stabilité secondée par un Toy bien campé sur ses quatre boudins. Lorsqu’il faut songer à ralentir, on peut compter sur le freinage riche de ses deux disques avant qui restent un atout par rapport au BJ 43, d’autant plus que Jean-Claude sait régler ce genre de détail… Aux petits oignons…Comme tout le reste sur un BJ. Voici un BJ de plus de sauvé. Du haut de ses 300 000km au compteur, il semble bien parti pour rouler comme ça jusqu’au million de kilomètres sans encombres.

Au quotidien le BJ 46 demeure un utilitaire pratique aux capacités extraordinaires et un fidèle compagnon de balade. Facile à vivre et pratique, il fait partie des costauds qui ont fait la réputation de Toyota et bien plus encore sa légende. Rouler à bord de BJ vétérans des débuts de la grande épopée de l’Off road, c’est aussi être le dépositaire d’un sacré héritage passion. Jean-Claude Austony fait partie de ceux qui le savent. Jean-Claude ne peut pas en faire plus pour ce collector, alors il est déjà sur un autre projet passion.

laissez un commentaire

Connectez-vous pour poster des commentaires