Derniers articles
  • Land Rover Serie IIA Commando
    Land Rover Serie IIA Commando

    Le Serie IIA “Half Ton“ est plus connu sous le nom de “Lightweight“ chez nos amis Anglais et “Commando“ dans les...

  • Jaguar X Type 2,0L Turbo diesel
    Jaguar X Type 2,0L Turbo diesel

    Une Jaguar diesel ? Disponible en septembre 2003 avec un 2.0L TD de 130 ch d’origine Ford, le nouveau propriétaire,...

  • Burgundy Jeep Trophy 2020
    Burgundy Jeep Trophy 2020

    On ne risque pas de l’oublier cette année 2020 ! Si pour de nombreuses raisons on a tous envie qu’elle se termine,...

  • JEEP - Hummer V8 = Monster Garage
    JEEP - Hummer V8 = Monster Garage

    Prenez un chaudron, versez-y un bouillon de culture Gauloise, 8 cylindres de Vortec Hummer, une poignée de gallons...

  • 24h TT de France 2020
    24h TT de France 2020

    Sur les 24h TT de France 2020, outre lutte palpitante au général entre buggy et SSV, on remarque la très belle...

Land Rover Serie IIA Commando

0 Aimé

Le Land Rover passe au régime “Light“

À 70 ans aujourd’hui l'un de nos client, Raymond Cochard, qui reste jeune et fringant n’a pourtant pas échappé à la mode de l’allégé ! Amateur de Land Rover bien connu des amoureux de vieux Serie à lames de ressort de l’hexagone, il vient de restaurer un Serie IIA “Half Ton“ plus connu sous le nom de “Lightweight“ chez nos amis Anglais et “Commando“ dans les troupes d’élites. Reconnaissable entre tous, c’est l’un des premiers guerriers conçus par l’ovale vert, il se devait d’être “Airportable“.

Raymond Cochard ? Tous les Français dingues de Land le connaissent. Il est certainement celui qui possède le plus bel exemplaire de Serie I de notre côté du Channel. Mais Raymond, c’est aussi un Serie II de 1961 flambant neuf après restauration et l’un des membres parmis les plus actifs et sympathiques du club Le temps des Serie. Pour croiser Raymond, ce n’est pas bien compliqué, il suffit de se rendre sur les rassemblements Only Land, il sera là, faisant profiter de son expérience tous ceux qui sont à la peine face à un Land Rover en piteux état. Loin de se prendre pour un expert, Raymond fait désormais référence, un comble pour celui qui cherchait il y a encore quelques années à s’offrir une simple Renault Rodéo pour aller à la pèche !

Un Land en piteux état ? Ce Land dans son jus avec ses sièges baquet n’en était pas loin après 10 années sans tourner. Mais, Raymond n’a peur de rien lorsqu’il s’agit de chef d’œuvre en péril badgés Land Rover. Le dernier de cubes d’aluminium dont il rêvait c’était bien ce Serie IIA “Half Ton“. Pas n’importe lequel, il fait partie de la première série qui se distingue au premier coup d’œil grâce à leurs phares disposés dans la calandre.

Déniché en région parisienne et acquit pour la modique somme de 5 000€, ce Lightweight de fin 1969 nécessitera 3 mois de travail et un investissement d’environ 2 000€ de pièces neuves. Pour Raymond, ce sont des semaines de bonheur vécues dans son petit atelier caché quelquepart au cœur de sa vallée du Loir. Une passion qui nous permet une nouvelle fois ce bon dans le temps au cœur de l’épopée Land Rover.

Le Land prend l’air

C’est en 1965 que débuta la conception de ce modèle militaire destiné à l’armée Britannique. Les 88’ Serie II étaient alors trop larges pour être aéroportés par paire dans les avions Blackburn Beverley de la RAF et trop lourds pour les hélicoptères standards de l’armée de sa Majestée, les Westland Wessex (dérivé du Sikorsky S-58 américain). Le projet du Land “Lightweight“ (allégé), était basé sur un cahier des charges qui imposait outre des dimensions réduites, la possibilité de transporter 500 Kg de charge utile (Half Ton).

Le Lightweight entre en production à Solihull en 1967sur la base des ensembles châssis-moteur-transmissions du Serie IIA civil. Le design de la carrosserie répond au célèbre adage “la fonction créée la forme“. Ainsi, ce Land Rover taillé dans la masse est entièrement démontable et pèse à peine 1200Kg dans cette version essence (12V), lorsqu’il est sans ses portes, bâche, hayon, flancs de caisse arrière et pare brise. On  ne dépassait pas les 1,52 m de large pour 3,65 m de longueur, le pari du Land airportable et parachutable était réussi.

En 1968, le temps de mettre en service le premier lot (moins de 3 000 exemplaires), de celui qu’on nomme déjà le “Commando“ et voici que l’armée Anglaise s’offre de nouveaux avions et de nouveaux hélicoptères plus spacieux et plus puissants. Malgré l’obsolescence du cahier des charge initial, le Lightweight a déjà conquis les militaires qui apprécient ses performances et son aspect pratique. Il fera une longue carrière sous les drapeaux.

 

Land Rover fabriquera des Lighweight jusqu’en 1985. Les modèles les plus rares disposent des phares dans la calandre comme celui de Raymond. Ces quelques milliers d’exemplaires aux regards caractéristiques furent fabriqués durant la seule année 1968. Dès l’année suivante, les phares passent dans les nouvelles ailes. À partir d’Avril 1972, la base civile du Lightweight reprend celle du nouveau Serie III civil apportant le confort d’une boîte de vitesses enfin synchronisée sur tous les rapports. Le démarrage qui passait par un simple bouton nécessite désormais une clé. Le chauffage Smith fait son apparition et le disque d’embrayage se fait plus large (240mm). Enfin les dynamos laissent place aux alternateurs sur tous les modèles qu’ils soient 12V ou 24V (versions radio dites FFR). Bien sympathique et si désuet, le Lightweight conservera le charme du tableau de bord central des Serie II durant toute sa carrière.

Côté motorisation, le militaire de la gamme Land Rover effectuera toute sa carrière équipé du robuste bloc 2,25L essence développant 78 ch à 4 250 tr/mn (3 puis 5 paliers). Les versions diesel (63 ch à 4 000 tr/mn), furent réservées aux commandes des armées Hollandaise et Danoise livrées à partir de 1976.

Pas Bio, mais plein de charme

Le régime Lightweight appliqué au Land n’aurait pas gagné un concours de beauté si prisé à l’époque. Pas Bio…Pardon pas beau, ce Serie IIA en tenue de combat est pourtant une réelle réussite car le célèbre adage “ La fonction créée la forme“ avait une nouvelle fois fait un miracle dans le domaine automobile.  

Fonctionnel, adaptable, facile d’entretien, léger, le surnom de Commando ne lui fut pas attribué par hasard. Les troupes d’élite de l’armée Anglaise s’approprient bien vite ce Land si “versatile“, autrement dit polyvalent. Il fut si apprécié qu’on le retrouva bien après l’arrêt de sa fabrication (En 1985), aux mains des deux camps qui s’affrontèrent lors de la seconde guerre du Golf en 2003. 35 ans de carrière militaire bien remplie, cela n’empêche pas notre collector du jour de jouer le jeune premier.

Fort de son 4 cylindres 2,25L essence reconditionné, il est en pleine forme ce Lightweight. Arrivé sur le 4e rapport, on est vite tenté d’engager l’overdrive Fairey rarissime sur ce modèle de Land Rover. La tenue de piste s’avère parfaitement dans les standards des Serie abonnés aux lames de ressort. On est un peu secoué à vide avec cet empattement court de 88 pouces, mais on tient le cap sans trop de dérobades du train arrière. Le bonheur de rouler cheveux aux vents n’est évidemment pas dans la performance. Raymond est une nouvelle fois arrivé à restaurer dans le moindre détail ce collector qui rejoint ainsi le riche patrimoine des Land Rover Français d’exception qui n’ont pas envie de finir dans un musée.

 Merci encore une fois à Raymond pour nous avoir fait partager cette passion. Nous avons en commun ce goût du Land Rover qui semblent tout droit sorti des usines de Solihull. Avoir déniché cette version de la première série des “Half Ton“ avec ses phares dans la calandre était déjà un exploit, lui avoir fait honneur grâce à des mois de travail en est un autre. Le prochain projet de Raymond sera certainement de restaurer un Range Rover 3,5L V8 des années 70. Vivement la retraite qu’on s’y mette à notre tour !

 

Publié dans: News, Essais 4x4 et SUV

laissez un commentaire

Connectez-vous pour poster des commentaires